Devenir professionnel des docteurs 2017 de l’Université PSL

Plus de 92 % des docteurs PSL satisfaits de leur situation professionnelle un an après l’obtention de leur doctorat.

Le Collège doctoral de PSL a coordonné, cette année à nouveau, l’enquête IpDoc relative au suivi professionnel des docteurs PSL à n+1, soit un an après leur soutenance de thèse. Menée de février à juin 2019 via la plateforme nationale IpDoc du MESRI, elle a permis de connaître l’insertion professionnelle des docteurs, aussi bien sur le périmètre de PSL que sur celui de chaque établissement de préparation de la thèse.

Cette enquête a ciblé les 404 docteurs diplômés en 2017 par l’Université PSL et ayant préparé leur doctorat dans un établissement de PSL.

275 docteurs ont répondu, soit un taux de réponse de 68 %.

A l’issue de la phase de collecte des données en juin 2019, le questionnaire issu de la plateforme ministérielle IpDoc a été paramétré dans Sphinx. En parallèle, les résultats bruts de l’enquête ont été exportés d’IpDoc vers Sphinx via un format de fichier csv. La codification des résultats recensés dans ce fichier a été contrôlée, et requalifiée si besoin, afin d’être identique à celle des questions issues du questionnaire.

Après cette étape, Sphinx permet un dépouillement complet de l’enquête, avec la possibilité de choisir plusieurs types de restitutions (tableaux, camemberts, histogrammes, cartes, etc.), de mettre en place des filtres ou de croiser des données liées à des questions différentes sur un graphique commun. Par ailleurs, l’ouverture d’un compte avec accès à Dataviv’ permet une restitution dynamique des résultats de l’enquête donnant accès aux consultants à des filtres interactifs.

Les docteurs de la discipline « Sciences et leurs interactions » ont répondu en grande majorité et représentent 60 % de la réponse totale à cette enquête.

 

Profil des docteurs sondés

Les docteurs ayant répondu à l’enquête sont à 69 % des hommes et à 31 % des femmes.

73 % des répondants sont français et 27 % de nationalité étrangère (14 % d’une nationalité de l’Union européenne – hors France – et 13 % hors UE et hors France).

> Diplôme avant l’entrée en doctorat :

  • 64 % des répondants déclarent avoir obtenu un diplôme français de master avant leur entrée en thèse ;
  • 30 % sont titulaires d’un diplôme d’ingénieur français ;
  • 10,5 % détiennent un diplôme de master européen ;
  • 12 % ont obtenu un diplôme à l’étranger.

> Durant leur parcours doctoral :

82 % des doctorants ont bénéficié d’un financement spécifique pour leur travail de recherche doctorale.

  • 41,5 % de l’État (MESRI, autres ministères, établissements)
  • 12 % d’une convention CIFRE
  • 10 % d’agences françaises de financement public de la recherche

4 % des répondants ont bénéficié de financements étrangers pour leurs travaux de thèse.

7 % des docteurs ayant répondu à l’enquête ont effectué leur recherche doctorale dans le cadre d’une convention de cotutelle et 15,5 % des répondants ont pu profiter d’une expérience de mobilité internationale supérieure à 3 mois.

Durée moyenne de recherche d’emploi

La durée moyenne d’obtention d’un emploi à compter de la date de soutenance est de 2,9 mois, avec le plus fort taux compris entre 0 et 3 mois (52 % des répondants).

Les docteurs répondants de la discipline « Sciences et leurs interactions » sont ceux qui ont accédé à l’emploi le plus rapidement (2,5 mois). La moyenne est de 4,1 mois pour les docteurs de la discipline « Sciences humaines et humanité ».

Au 1er décembre 2018, 85 % des diplômés répondants (toutes disciplines confondues) déclaraient occuper un emploi, parmi lesquels 81,7 % salariés et 3,3 % en création ou créateurs d’entreprise. Sur la totalité des 275 répondants, 26 % des docteurs ont trouvé un emploi avant de soutenir leur doctorat.

On constate que les femmes passent en moyenne plus de temps à trouver un emploi après leur soutenance toutes disciplines confondues (3,8 mois), à l’exception de la catégorie « Sciences du vivant ». Pour cette discipline, les femmes mettent en moyenne 2,8 mois à trouver un emploi (3,7 pour les hommes répondants).

Situation de l’emploi au 1er décembre 2018

> Situation d’emploi par discipline majeure de travaux de recherche :

Les docteurs de la discipline « Sciences et leurs interactions » sont les plus insérés un an après l’obtention de leur doctorat, avec un taux d’emploi proche de 90 % sur les 275 répondants. C’est également la catégorie qui occupe le plus d’emplois stables (plus de 51 %).

La discipline « Sciences humaines et humanité », moins représentée parmi les répondants, a un taux d’insertion avoisinant les 69 %, parmi lesquels 29 % sont des emplois stables.

Les femmes diplômées ont un taux d’insertion professionnelle particulièrement élevé dans les disciplines « Sciences de la société » et « Sciences du vivant ».

> Principales activités exercées :

La majorité des répondants travaille à plus de 60 % dans l’enseignement supérieur, la recherche et la R&D, 16,4 % dans le secteur des industries, construction, production et distribution d’énergie et d’eau et près de 10 % dans des activités spécialisées, scientifiques ou techniques hors R&D (dont informatique).

> Catégories de postes :

Parmi les docteurs en emploi, la majorité (48 % des répondants) travaille dans la Fonction publique et près de 36 % en entreprise.

> Responsabilités dans l’emploi :

65 % des docteurs répondants exercent au 1er décembre 2018 des travaux dans un cadre international ; 42 % des responsabilités de chef de projet ; 38,5 % des activités d’encadrement de personnels et 29 % un emploi comportant de la gestion de budget.

> Rémunération :

Le salaire net mensuel médian est de 2400 euros. La majorité (plus de 52 %) des répondants perçoit un salaire supérieur. Parmi les docteurs les mieux rémunérés, près de 31 % déclarent un revenu net mensuel de plus de 2700 euros. Plus d’un tiers des docteurs répondants perçoit une rémunération entre 1800 et 2399 euros nets mensuels.

> Lieu de travail :

Près de 60 % des docteurs répondants exercent leur emploi en France contre 40 % partis travailler à l’étranger.

La grande majorité des docteurs partis à l’étranger déclarent travailler dans un pays de l’Union européenne à 59 %, suivie des Etats-Unis à plus de 23 % et de la Chine pour 5 % d’entre eux. 5 % également déclarent être partis travailler au Canada après l’obtention de leur doctorat.

 

Satisfaction des docteurs vis-à-vis de leur situation professionnelle

Les docteurs diplômés étaient interrogés sur leur satisfaction globale au regard de leur situation professionnelle. Ils pouvaient ensuite détailler leur réponse en indiquant leur degré de satisfaction sur des thématiques plus précises : le développement de leurs compétences et connaissance, l’ouverture apportée par les activités exercées, la qualité de vie et l’environnement de travail et la rémunération.

 

> Satisfaction vis-à-vis du développement des compétences et des connaissances:

 

> Satisfaction vis-à-vis de l’ouverture (internationale, interdisciplinaire) apportées par les activités professionnelles :

 

> Satisfaction vis-à-vis de la qualité de vie au travail, de l’environnement de travail :

 

> Satisfaction vis-à-vis de la rémunération (toutes devises confondues) :

 

La grande majorité des docteurs (plus de 92 %) évalue très positivement sa situation professionnelle globale un an après l’obtention de son doctorat. Les docteurs se montrent particulièrement satisfaits de la mise en application de leurs compétences et de leurs connaissances dans leur métier et évaluent très positivement l’ouverture internationale et interdisciplinaire que leur apportent leurs activités. Plus réservés à propos de leur rémunération, ils sont quasiment unanimes quant à la qualité de leur environnement de travail.

 

Devenir professionnel des docteurs 2016 de l’Université PSL

Cette enquête a été menée par le Collège doctoral de PSL de février à juin 2018 sur la situation des docteurs à un an révolu après thèse, via la plateforme nationale IPDoc (mise à disposition par le SIES).

Cette enquête s’intéresse aux docteurs diplômés en 2016 par PSL ayant préparé leur doctorat dans cinq établissements membres : ENS, EPHE, MINES ParisTech, Observatoire de Paris, Paris-Dauphine.

Cérémonie des docteurs 2017 – 6 juillet 2018 – MINES ParisTech

Le taux de réponse est de 71%

La répartition des répondants par établissement membre est la suivante :

  • 35% MINES ParisTech (80% de répondants)
  • 24% Paris-Dauphine (78% répondants)
  • 21% EPHE (62,2% répondants)
  • 14% ENS (54,1% répondants)
  • 6% Observatoire de Paris (83,3% répondants)

La répartition des répondants par discipline majeure des travaux de thèse est :

  • 20% Sciences de gestion, sciences économiques
  • 18% Sciences humaines, sciences sociales
  • 15% Sciences pour l’ingénieur
  • 11% Mathématiques et leurs interactions
  • 8% Sciences de la terre et de l’univers, espace
  • 7% STIC
  • 6% Physique
  • 5% Chimie
  • 3% Droit
  • 3% Langues

Profil des docteurs sondés

Les docteurs ayant répondu à l’enquête (240 répondants sur 339 diplômés) sont à 56% des hommes et à 44% des femmes.
Concernant les nationalités, 57% sont français, 14% européens hors France et 29% étrangers hors UE.

Diplôme avant l’entrée en doctorat :

  • 56,7% possédaient un diplôme de master français
  • 28,8% titulaires d’un diplôme d’ingénieur français
  • 12,9% détenaient un master européen et 15% un diplôme obtenu à l’étranger

Durant leur parcours doctoral :

  • 82% des docteurs ont bénéficié d’un financement spécifique pour leur travail de recherche doctorale. Pour l’origine des principaux fonds : 45% ont bénéficié d’un financement Etat (MESRI, autres ministères, établissements), 14% d’une convention CIFRE et 12% d’un financement étranger
  • 13% des sondés ont profité d’une expérience de mobilité internationale supérieure à 3 mois

Situation professionnelle au 1 décembre 2017

  • 88% des diplômés répondants occupent un emploi
  • 5% sont créateurs d’entreprise
  • La durée moyenne d’obtention de l’emploi à compter de la date de soutenance est de 2,4 mois
  • Plus de 35% des docteurs 2016 travaillent à l’étranger
  • 44% travaillent en Ile de France
  • 36% ont trouvé leur emploi grâce à leur réseau

Caractéristiques de l’emploi

Concernant les principales activités exercées :

  • 46,2% s’inscrivent dans l’enseignement supérieur et la recherche
  • 40,7 % dans la R&D
  • 18,6% dans le conseil, études et expertise

Concernant le statut d’emploi :

  • Pour les emplois en France, 41% ont un contrat à durée indéterminée et 16,9 % bénéficient d’un contrat post-doctoral
  • Pour les docteurs en emploi à l’étranger : 11,8% ont un contrat permanent

Concernant la rémunération :

  • La moyenne des rémunérations brutes annuelles des docteurs en emploi en France est de 40 k€ (33,5 K€ dans la fonction publique et 47,4 K€ en entreprise)

Concernant la catégorie socio-professionnelle de l’emploi :

  • 47% exercent une profession scientifique
  • 30% sont ingénieurs et cadres techniques d’entreprise ▪ 7% sont cadres de la fonction publique

Concernant la catégorie dont relève l’employeur :

  • 43% exercent dans la fonction publique (d’Etat, territoriale, hospitalière, européenne)
  • 40% travaillent en entreprise
  • 10% travaillent dans un organisme à but non lucratif ou association
  • Le secteur d’activité principal des employeurs est à 64% de l’enseignement, recherche ou R&D
  • 12% des docteurs exercent pour des entreprises du secteur industriel, construction, production et distribution d’énergie et d’eau

Concernant les responsabilités professionnelles :

  • Près de 60% des sondés conduisent des travaux dans un contexte international
  • Plus de 44% d’entre eux ont des responsabilités de chef de projet
  • Plus de 40% d’entre eux ont des responsabilités d’encadrement de personnels
  • Près d’un quart d’entre eux gèrent un budget

 

La situation des docteurs 2015 au printemps 2016

PSL a participé au Printemps 2016 à l’enquête Île-de-France sur la poursuite de carrière des docteurs récemment diplômés. Cette enquête de situation professionnelle des docteurs 2015 a été mutualisée au niveau de plusieurs autres ComUEs d’Île-de-France.

Pour PSL, le périmètre de l’enquête a été étendu à six établissements : l’Ecole Nationale des Chartes (ENC), l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), l’Ecole Normale Supérieure (ENS), Mines ParisTech, l’Université Paris-Dauphine, l’Observatoire de Paris.

Le nombre de docteurs 2015 enquêtés pour PSL est de 454, soit 25% de l’ensemble des enquêtés.

Le taux de réponse est de 78% et le profil des répondants est caractérisé par deux éléments remarquables : 46% de femmes et 39% d’internationaux.

La situation professionnelle des docteurs 2015 enquêtés en avril 2016 montre que 72% sont en emploi et 3% sont créateurs d’entreprise.

  • 68% travaillent dans le secteur public.
  • 32% travaillent dans le secteur privé, dont 83% bénéficiaires d’un CDI.

Notons enfin que 77% ont comme mission principale une activité d’enseignement ou de R&D.

  • 44% sont localisés en Île-de-France,
  • 18% dans une autre région française,
  • 38% exercent une activité à l’étranger.

Concernant le retour satisfaction :

  • 78% des docteurs diplômés 2015 de PSL enquêtés au Printemps 2016 qualifient leur situation professionnelle de satisfaisante voire très satisfaisante.
  • 76% d’entre eux jugent que leur emploi 2016 est en adéquation avec leur projet professionnel.
  • 81% reconnaissent la plus-value des compétences acquises durant leur doctorat.

Pour consulter le rapport global « Enquête Île-de-France sur la poursuite de carrière des docteurs récement diplômés – La situation des docteurs 2015 au printemps 2016 », cliquez ici.